FREHEL, la flamme sombre de Martin Peullier

4
(1)

« Fermez vos gueules, j’ouvre la mienne » – Fréhel

La môme Piaf n’aurait sûrement pas existé sans elle ! Elle a été la chanteuse la plus adulée de Paris (et au-delà), elle aurait pu aurait pu avoir le destin tragique de Casque d’or. Martin Peullier consacre une biographie à celle dont la vie fut un roman : Fréhel, la grande chanteuse réaliste des années 20 et 30.

Issue d’un milieu très pauvre, enfant délaissée, jetée à la rue alors qu’elle n’était encore qu’une enfant, Fréhel s’est sortie du ruisseau pour s’élever grâce à son art. Trop de carences affectives, de fragilité psychologique font qu’à chaque fois qu’elle se hisse au sommet, la dégringolade n’est pas loin.

Son répertoire était fait de chansons qui racontaient à la fois sa vie et celle des petites gens qu’elle revendiquait de représenter sur scène pour leur donne une existence. Ses prestations faites de dialogues avec le public dans un langage fleuri et sa voix puissante ont fait son succès et inspiré nombre d’artistes.

La vie de Fréhel est un mélo dont l’issue est dramatique puisqu’elle mourra seule et sans le sou dans un hôtel à Pigalle en 1951. Martin Peullier lui rend hommage : il était temps !

Editions Librinova – 2023

0 0 votes
Noter l'article
S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x