Jacques, l’enfant caché d’Emmanuelle Friedmann

4
(1)

« La souffrance survit à toutes les excuses » Lise Harou

1943, benjamin d’une fratrie de onze enfants, Jacques vit seul avec Blima sa mère. Ses frères et soeurs sont dispersés dans toute la France pour d’évidentes raisons de sécurité. Son père, mauvais mari, père pitoyable et résistant a été fusillé en 1941. C’est l’histoire de ce petit garçon (le père d’Emmanuelle Friedmann) qui nous est racontée, à hauteur d’enfant. Ce récit, Emmanuelle Friedmann le porte depuis bien longtemps sans jamais oser l’écrire du vivant de son père.

Jacques et Blima n’ont pas subi la rafle du Vel’dhiv mais échapperont de justesse à une arrestation. La mort dans l’âme, Blima se résout à se séparer de son petit garçon et le confie à la Maison Verte dirigée par le pasteur Jousselin. Il cache des enfants juifs au Château de Cappy dans l’Oise.

Jacques est un enfant qui a grandi trop vite. Très tôt, il comprend que sa vie et celle des membres de sa famille sont en danger, qu’il faut être prudent, savoir mentir et aussi s’habituer à la vie à la campagne où le mode de vie est bien différent de celui de la ville, faire face aux malheurs des autres enfants qui seront peut-être les siens demain, en un mot continuer à vivre.

Jacques, petit garçon solitaire au Château de Cappy, a coupé les ponts avec tout ce qui pouvait lui rappeler cette période à l’âge adulte, ne facilitant pas le travail de recherche de sa fille bien des années plus tard. Sa douleur et sa peur, qu’il portera tout au long de sa vie, fait penser au grand-père de Santiago H. Amigorena (Le ghetto intérieur) qui restera toute sa vie enfermé en lui-même en apprenant la mort de sa mère restée en Pologne ou au grand-père de Christophe Boltanski (La cache) qui passera la guerre entière caché chez lui dans un réduit aménagé et qui finalement n’en sortira jamais vraiment.

Jacques, l’enfant caché fait écho à la toute récente commémoration de la rafle du Vel’d’hiv (plus de 4 000 enfants raflés) mais c’est aussi un hymne à la vie. Grâce à ceux que l’on appelle Les Justes (dont le pasteur Jousselin), aux gens ordinaires qui ont caché des Juifs, résisté activement ou aidé d’une quelconque manière, la vie a pu continuer.

Grâce leur soit rendue !

Editions Presses de la Cité – 2020 – 263 pages

Se procurer Jacques, l’enfant caché d’Emmanuelle Friedmann

0 0 votes
Noter l'article
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x