Les mouches bleues de Jean-Michel Riou

4
(1)

Vivre envers et contre tout

Pologne 1940, pour avoir écrit un article contre l’occupant allemand, Aleksander Kulisiewicz, 22 ans, est déporté au camp de Sachsenhausen en Allemagne : l’enfer sur terre.

L’Homme est réduit à l’état de chose, il n’y a plus que des triangles pour désigner les prisonniers, vert pour les droits commun, rouge pour les opposants politiques, jaune pour les Juifs et rose pour les homosexuels. Alors pour ne pas mourir, Alex décide, en dépit du danger, qu’il écrira des chansons qui rendront hommage tout de suite et maintenant à ses compagnons d’infortune. Il n’a ni papier, ni crayon mais sa mémoire est sans faille.

Aleksander Kulisiewicz a vraiment existé. Il a subi, la faim, le froid, l’humiliation, les coups, la torture aussi. Certains SS semblaient goûter cette ambiance mortifère avec délectation, tels les mouches bleues qui prospèrent sur les cadavres.

Ce livre intense rappelle Si c’est un homme de Primo Levi. Sans accentuer l’aspect tragique de la situation, l’auteur décrit parfaitement, avec sobriété les conditions de vie des déportés, pour certains leur désespoir, pour d’autres leur acharnement à vivre.

Si les sévices décrits par l’auteur ont été largement répétés dans tous les camps de concentration, l’histoire de chaque déporté est unique. Comme les chansons d’Aleksander, ce livre nous aide à ne pas oublier.

Editions Plon – 2021 – 214 pages

0 0 votes
Noter l'article
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x