Nuit d’Edgar Hilsenrath

5
(1)

Marche ou crève

Seconde guerre mondiale, à Prokov en Ukraine, il y a le ghetto. La vie dans le ghetto, racontée par Ranek, l’un de ses habitants : la faim, la crasse, la maladie, la prostitution, la ruse, l’homme y est littéralement réduit à l’état de bête.

Chacun regarde mourir son voisin dans une profonde indifférence car l’heure n’est plus à la compassion. Il faut survivre, c’est chacun pour soi et Dieu pour tous, pour ceux qui y croient encore. Malgré tout, de temps à autre, une étincelle d’humanité surgit car l’Homme s’il est capable du pire est aussi parfois capable du meilleur.

Ranek (probablement Hilsenrath lui-même), est traversé par une foule de sentiments contradictoires, prêt à tout pour un peu de nourriture et dans le même temps capable d’aider son prochain.. Dans ce récit particulièrement vivant, les Allemands n’apparaissent jamais, les seuls personnages sont les Juifs du Ghetto, parqués hors du monde. Nuit est plus qu’un roman, c’est un témoignage à la fois cru, drôle et cynique.

HIlsenrath eut beaucoup de mal à faire éditer son roman en Allemagne, son humour et ses propos politiquement incorrects n’étaient pas publiables dans l’Allemagne de l’après nazisme.

Edgar Hilsenrath s’est inspiré de ses quatre années de survie passées dans un ghetto ukrainien. Il est au ghetto ce que Primo Levi est aux camps de concentration.

Edgar Hilsenrath et mort le 30 décembre 2018.

Editions La Triopde – 2014 – 592 pages

0 0 votes
Noter l'article
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x